Stress Post-Traumatique PTSD et Réflexes Archaïques ou Primitifs
Relaxation et respiration - 22/03/2023 - Lecture 5 mn

Qu’est-ce que le syndrome de stress post traumatique ou PTSD (Post Traumatic Stress Disorder) ? Quels sont les signes et symptômes ?

La communauté médicale nous en donne une définition très stricte via le DSM sous forme de critères.

A - Le patient a été victime ou été témoin d'un évènement traumatisant (menaçant l'intégrité physique, la vie, ou violence sexuelle)

B - Le patient fait l'expérience d'au moins une reviviscence parmi les suivantes : pensées intrusives, cauchemars, flash-back, détresse émotionnelle ou réactivité physique suite à l'évènement

C - Le patient est dans l'évitement de tout stimulus, pensée ou sentiment relié au trauma ou rappelant le trauma

D - Le patient présente au moins 2 symptômes d'altération de la cognition et/ou de l'humeur (Incapacité à se rappeler les éléments clés du trauma, pensées très négatives et supposition contre soi-même et le monde, tendance exagérée à se blâmer soi-même ou les autres, négativisme, difficulté à être positif, intérêt décroissant pour des activités suscitant de l'intérêt auparavant, sentiment d'isolement)

E- Le patient présente 2 symptômes d'altération de l'activité ou réactivité (irritabilité ou agressivité, comportement à risque ou destructeur, hypervigilance, réaction démesurée à un stimulus, troubles de la concentration, troubles du sommeil)

F- Les symptômes durent depuis plus d'un mois (sinon voir la définition de stress aigu)

G- Les symptômes génèrent des difficultés sociales

H- Les symptômes ne sont pas dus à la prise de médicaments ou de substances psychotropes

 

Quels sont les effets du stress post-traumatique sur l’organisme ?

Le Dr Svetlana Masgutova, a pu observer chez ses nombreux patients bien des conséquences possibles du stress post traumatique qui ne sont pas nécessairement reprises dans le DSM ou tout au moins pas directement :

- l'incapacité à se relaxer

- le sentiment d'oppression/ des douleurs thoraciques

- l'anxiété/ la nervosité

- les tics/tocs

- le patient est " dans sa bulle"

- la procrastination

- les problèmes de concentration et/ou de mémoire

- un état de confusion en état de stress léger ou modéré

- des attaques de panique

- des maux de tête

- une confusion mentale

- de la fatigue

- des douleurs chroniques (comme des maux de dos)

- des nausées/ vomissements/ diarrhée/constipation/ problèmes d'estomac

- des problèmes circulatoires/ cardiovasculaires

- des difficultés respiratoires/ d'hyperventilation

- un besoin fréquent d'uriner

 

Qu’est-ce que les réflexes archaïques ou primitifs ?

Les réflexes primitifs (ou archaïques) sont l'ensemble des schémas moteurs involontaires (réflexes) qui se mettent en place entre les 6 semaines de gestation in utero et les 3 ans de l'enfant. Ils sont gérés par le tronc cérébral.

Ces réflexes permettent au mammifère de survivre et d’apprendre à se nourrir en milieu naturel et exposé aux prédateurs.

Prenons l'exemple du réflexe de paralysie par la peur (ou réflexe de figement), l'un des tout premiers à se mettre en place vers 6 semaines in utero. Quel est son rôle ? Lorsque la maman expérimente un stress important, elle communique des hormones de stress au petit qu’elle porte.

Ce petit à l’intérieur de l’utérus maternel est encore  incapable de se défendre ou bien de fuir. L’afflux d’hormones de stress va déclencher  le réflexe de paralysie par la peur et provoquer un ralentissement du rythme cardiaque du tout-petit, de sa consommation de glucose et d’oxygène afin de laisser toutes les ressources à la mère pour fuir/combattre/ou bien se figer elle-même.

Ce réflexe, vous l'avez peut-être observé lorsqu'il est suractif chez une personne qui perd alors tous ses moyens en situation de stress et n’a plus la capacité d’agir. 

Dans la majorité des cas, la plupart des réflexes sont dits "intégrés" vers l'âge de 3 ans et laissent place à une motricité contrôlée (en lieu et place d'une motricité " automatique") et un système adaptatif (la réponse automatique est à la mesure du danger).

Le Dr Masgutova qui a effectué des études sur le lien entre réflexes et stress post traumatique a identifié une trentaine de ces réflexes sur lesquels il est possible d’intervenir.

 

Que se passe-t-il lors d'un traumatisme ?

Sous l'effet des hormones de stress, la protéine SARM1 est capable de provoquer la dégénération d'axones, les fibres nerveuses qui envoient les messages sous forme d’impulsion électrique dans le corps.

Le Dr Masgutova a observé qu’un stress violent (trauma) vécu à n'importe quel âge avait un impact sur les réflexes archaïques. Un mois et demi après la fusillade de l'école Sandy Hook aux Etats-Unis, et avant leur prise en charge par le Dr Masgutova pour un travail en réflexes archaïques, les 122 enfants volontaires pour le programme montraient un niveau moyen de 42% de réflexes dysfonctionnels.

 

Comment calmer le trouble de stress post-traumatique TSPT ?

L'étude sur ces 122 cas a montré qu'en une dizaine de séances de travail d'1h sur les réflexes (accompagnés d'exercices quotidiens de 5 à 10 mn) et selon un protocole bien défini on pouvait récupérer environ 80% de l'intégration de ces réflexes, et ainsi récupérer un confort de vie (meilleure stabilité émotionnelle et adaptabilité, meilleur sommeil, concentration, ouverture aux autres et à la vie....).

Encore plus important à savoir ! En intervenant dans les 72h suite à un traumatisme, une seule séance permet d'éviter la part la plus importante des dégâts sur le système réflexe et éviter l'installation des symptômes du syndrome de stress post traumatique.

 

Rédigé par Sophie Hedouin-Robin